Home

hormones_feedback

Jean-Michel est arrivé de Paris il y a trois quatre jours. Je dois dire qu’il était dans un drôle d’état. Déjà il est peu venu me voir depuis son arrivée et pour tout vous dire, il fait un peu comme les autres ici. Alenka ne vient pas me voir non plus. Il fait toujours très chaud et je peux difficilement bouger. Alors si personne ne vient à moi, je suis complètement coincée ici.

Jean-Michel était tout de même très nerveux et excité à son arrivée. Il m’a dit que son frère venait d’être hospitalisé. Apparemment il était trop limite ces derniers temps. Maintenant il est à Vontes, près de Tours, un endroit plutôt tranquille pour des gens comme lui. Il faut voir Stéphane, son frère, c’est le genre à se réveiller à 17h et à ouvrir une bouteille de champagne. La famille de Jean-Michel ce sont des gens riches. Son père a un poste de direction dans un grand groupe industriel. Ils vivent à Rueil-Malmaison. Stéphane, c’est celui qui a jamais rien foutu, qui s’est toujours fait entretenir par la famille, qui retourne squatter les parents de temps en temps. À trente cinq ans, c’est le type grand beau gosse toujours bronzé, qui passe sa vie de pute en pute, sans jamais avoir vraiment travaillé. C’est un grand habitué des sauteries du show-business aussi, il a un gros appétit sexuel et il est du genre à chasser au Baron et à participer aux partouzes de Thomas Langmann. Langmann a une sacré réputation, il loue des suites à l’Hôtel Costes où des endroits comme ça, ses soirées c’est le genre de celles où on arrive la bite à la main comme dit Stéphane. Une fois je l’avais suivi dans une de ses soirées, j’avais passé la nuit avec lui et ses amis, mais je m’étais rapidement faite chier, ce sont tous des petits gosses de riches dans le genre UMP qui se la jouent cools mais qui finalement n’être qu’une bande de chevaux de course décérébrés dont les gens riches et décadents du show-business aiment bien s’entourer.

Bueno, en tout cas, là c’est pas la fête pour Stéphane. Apparemment il a peu craqué au bout du printemps, il misait trop sur ses prouesses de l’été a commenté sarcastiquement Jean-Michel, il a pris une veste avec une fille un peu moins conne que les précédentes, ça l’a mis à plat. Mais bon, ils tournaient tous les deux à la coke tout l’hiver, ça faisait un peu trop. Elle elle bossait, dans une boite de pub vers la Porte de Levallois, mais elle a vite saturé avec Stéphane et son rythme, et ensuite c’est comme si elle lui avait retiré les fondations de sa paillote sur pilotis… Pathétique le Stéphane… Avec toutes ces histoires, Jean-Michel a semblé ne pas s’intéresser plus que cela à mon bébé. Ou en tout cas si, il s’y est intéressé, mais sans transmettre beaucoup d’amour. Je me dis que c’est propre au contexte médical, au stress que cela représente pour tout le monde ici, mais je manque d’attention aussi…

***

A part ça, je ne sais pas si c’était en rapport avec l’abstinence sexuelle, mais Jean-Michel m’a donné à lire des documents récents sur la magie sexuelle gnostique. Les documents, qui se réclament de la tradition de Samael Aun Weor, développent les théories de l’incrétion. Ils racontent que la biologie a bien montré par les nombreuses années d’observations et d’expériences que les glandes sexuelles ne sont pas des capsules fermées car elles excrètent et incrètent des hormones. Les hormones de sécrétion sont appelés de « conservation », car elles perpétuent l’espèce. Les hormones d’incrétion sont appelées de « dynamisation », parce qu’elles revitalisent l’organisme humain. Ce processus d’incrétion hormonale est une transmutation, c’est l’alchimie : la transformation d’un type de matière-énergie dans un autre type d’énergie-matière. Par conséquent, les conserver, apprendre à les incréter, les faire venir de l’intérieur et les faire aller vers le haut est une noble cause de la vie.

Le dossier qu’il m’a donné compile un ensemble varié d’études qui affirment que l’incrétion hormonale sexuelle intensifie la production hormonale de toutes les glandes endocrines. Le torrent sanguin conduit les hormones sexuelles, il les transporte, les met en contact avec l’ensemble de ces micro-laboratoires glandulaires. Il y a des études introduites par des textes du genre (je traduis) :

« Les gonades des femmes sont les ovaires, les seins et de l’utérus. Celles des hommes sont les testicules, le phallus et la glande de la prostate. Ces glandes reproductrices se révèle fondamentalement comme de merveilleux micro-laboratoires sexuelles. Il est incontestable que ces glandes ont une double fonction, les sécrétions internes et externes. S’il est vrai que les ovaires produisent l’ovule, il est moins évident de savoir qu’ils sécrètent une substance interne endocrinienne merveilleuse qui vitalise les femmes et les rend féminines. De même, il est vrai, observable, et réel, que les testicules produisent une sécrétion externe dans laquelle flottent les spermatozoïdes. Mais de l’incrétion hormonale intime du cortex des testicules vient le pouvoir merveilleux qui donne de l’énergie aux mâles et les rend essentiellement masculins. Les ovaires régulent la distribution du calcium chez les femmes. Cela a déjà été prouvé. Un nombre excessif de grossesses provoque des cas terribles d’ostéomalacie, ou de malformations dues aux os mous, qui sont si communes dans les pays densément peuplés du monde. Il a été scientifiquement vérifié que lorsque les grossesses sont très fréquentes, cela épuise véritablement les réserves de calcium et les os s’affaiblissent. Chez les hommes, les testicules (également appelés glandes interstitielles) régulent le calcium dans les os, en leur donnant la force et la stabilité. Grâce à de nombreuses années d’observation et d’expérience, les sages ont pu vérifier que les hommes avec des os très fortes sont généralement très viril sexuellement. Il a déjà été entièrement déterminé au moyen d’observations scientifiques profondes que certains des endocrines agiront intelligemment comme accélérateurs des glandes sexuelles et que d’autres diminueront cette action. D’éminents biologistes, que nous ne pouvons pas mettre en doute, pensent que le thymus stoppe l’appétit sexuel. »

Les études se poursuivent sur les trois couches des testicules.

« Les cellules testiculaires de la première couche manifestent leur activité en particulier pendant les sept premières années de l’enfance. On est sous la domination de la Lune [qui influe sur les sept premières années de la vie]. Plus tard, de sept à quatorze ans, sous le règne de Mercure, la deuxième couche définit entièrement le sexe mâle. Et beaucoup plus tard, entre quatorze et vingt-et-un ans, sous la domination de Vénus, la troisième couche testiculaire devient active, avec la production abondante de zoo-spermatozoïdes. Les zoo-spermatozoïdes qui sont produits dans la troisième couche testiculaire montent vers les vésicules séminales, jusqu’à ce qu’ils atteignent la prostate. Les zoo-spermatozoïdes deviennent électrifiées lorsqu’ils montent dans les cordons spermatiques. Ils deviennent peu à peu chargés avec beaucoup d’électricité, et ce qui est encore plus intéressant, c’est qu’ils sont magnétisées, pour ainsi dire, du sud au nord, c’est à dire qu’ils fonctionnent comme une boussole, du sud vers le nord, ils s’orientent aussi vers le nord, étant électrifiée, aimantée… c’est l’escalade à travers les cordons spermatiques, jusqu’à ce qu’ils atteignent les vésicules séminales, où le sperme est purifié encore plus, jusqu’à ce qu’ils atteignent la prostate, où se trouve un chakra très important. De toute évidence, le chakra Svadisthana, qui est fondamental pour la maîtrise de la transmutation sexuelle, se trouve là. La transmutation sexuelle est basée sur la prostate. Le chakra de la prostate est donc le plus important et le plus intéressant. Le sperme devient totalement purifié. Il devient complètement radioactif, il devient complètement électromagnétique… C’est ce qui pousse en temps normal l’homme à l’utiliser, la pulsion sexuelle ou libido. Et avec la transmutation, il se transforme en énergie. Les zoo-spermatozoïdes se décomposent en hormones, passent à travers les membranes et enfin pénètrent dans le sang, en stimulant activement les glandes de sécrétion interne. Ils font leur travail de façon extrêmement intensive. Ensuite, les hormones montent, elles continuent leur chemin vers le cerveau. Là, ils activent les zones du cerveau qui ne fonctionnent plus, qui sont dégénérés, ils rendent toutes les cellules du cerveau dynamique et activent certains pouvoirs latents dans l’homme, etc. »

Mais les documents disent aussi que la chose la plus grave, c’est que :

« les gens sont dégénérés. Les hommes ordinaires sont vulgaires, ils ne conservent pas le zoo-sperme dans son lieu qu’est la prostate. Pas même pour une seconde, ils éliminent des sacs de sperme pour satisfaire leurs pulsions brutales. Alors dans de telles circonstances, le cerveau dégénère terriblement, en raison de l’absence d’augmentation des hormones. Il ne reçoit pas les hormones sexuelles et perd sa capacité d’action. Les facultés latentes chez l’homme dégénèrent parce qu’il n’y a pas assez de stimulation des hormones sexuelles, ce qui rend l’organisme vivant dynamique. Les sécrétions internes des testicules et les ovaires sont essentielles pour la vie de l’être humain sur la Terre. Les différences fondamentales entre les hommes et les femmes sont dues à des sécrétions des testicules et des ovaires. »

Tradition et sexualité sacrée… La non-éjaculation du sperme (le fait de ne pas atteindre l’orgasme) est un postulat radical afin d’éviter la conception et afin d’intensifier l’incrétion hormonale. Si le mâle évite l’éjaculation du sperme et si la femme évite également l’orgasme, alors, le contrôle du problème de conception est résolu. Thelema (la Volonté) est ce qui est nécessaire durant l’acte sexuel, afin de se retirer à temps, avant le spasme sexuel. Le désir sexuel abstenu fera monter l’énergie créatrice. C’est ainsi que nous pouvons permettre la diffusion dans le cerveau de la cogitation du sperme. Il est évident que le sperme peut se transformer en énergie. Il est incontestable que l’énergie sexuelle monte vers le cerveau. Des canaux nerveux spécifiques pour l’ascension de l’énergie sexuelle existent. Malheureusement, le scalpel ne peut pas les trouver car ces canaux appartiennent à la quatrième dimension…

Cette magie fait concrètement référence à la paire de cordons nerveux connus en Inde sous les noms de Ida et Pingala. Chez le mâle, Ida commence dans le testicule droit et Pingala dans celui de gauche. Chez la femelle, ils commencent dans les ovaires et sont inversés. Ces deux canaux nerveux très fins se nouent aimablement dans le coccyx. Ils montent ensuite comme deux serpents entrelacés dans la colonne vertébrale jusqu’au cerveau. L’ascension continue de l’énergie sexuelle par ces canaux nerveux nous transforme radicalement, elle réveille la Kundalini, c’est le Tantra Blanc. Les hormones sexuelles riches et abondantes inondent le système circulatoire et atteignent les différentes glandes à sécrétion interne, stimulent et incitent notre système endocrinien à travailler intensément. La magie sexuelle est une transmutation sexuelle intensifiée. Grâce à l’Alchimie sexuelle, l’alchimiste absorbe, transmute et sublime la totalité de la matière-énergie sexuelle.

 ***

Je me disais après avoir lu tout cela qu’il aurait mieux fait de donner cela à Stéphane… Mais c’est peut-être ce qu’il avait fait…

Publicités