Home

HeroinChic1

Bueno, cosas mueven… Os escribo, pero estoy un poco en el limbo… C’est la rechute, la vraie, mais contrôlée cette fois-ci… Et pour de bonnes raisons. J’ai retapé de l’héroïne, et ce n’est que le début… Que je vous explique le weekend…

Alenka était partie quelques jours. Il fallait qu’elle aille travailler, voir aussi où en était la situation en ce qui me concerne m’avait-elle dit. Elle est revenue jeudi en pleine forme, elle était très belle… j’avais vraiment l’impression de tomber amoureuse… On a passé le weekend sans quasiment sortir de la chambre, j’aime ça, trainer au lit, profiter enfin de la chaleur de l’été, nues sur les draps, la fenêtre ouverte, avec la nuit le petit air frais qui vient effleurer nos fesses… C’est tellement agréable de sentir à nouveau ces sensations estivales… Faire l’amour, parler, grignoter, fumer des cigarettes, regarder des films, dormir, refaire l’amour… Et puis vendredi soir, elle a sorti une surprise. Elle avait ramené de la came… Elle m’a dit, il faut de toute façon que tu t’y remettes doucement, tu vas entrer ensuite dans un traitement pharmacologique lourd, alors tu as bien droit de profiter un peu avant… Alala… quel plaisir… Alenka a sorti le matériel et s’est mise à préparer les seringues… La seule chose dont je veux être sure c’est que c’est moi qui contrôle m’a-t-elle dit. Tu es d’accord ? L’héro vient de la clinique, elle est de première qualité, alors je suis ta doctoresse si tu veux bien… Les seringues prêtes, elle s’est assise à califourchon sur moi, je la regardais pendant qu’elle me préparait le garrot, elle était belle, j’aimais son cœur et ses petits seins… Elle m’a fait mon injection, wauh… le pied… Je suis partie loin, la came était bonne, joder qu’est-ce qu’elle était bonne… Alenka s’est faite son shoot et s’est allongée à côté de moi… On a plané comme ça quelques minutes, dizaines de minutes, je ne sais plus… puis on s’est caressée, doucement, on s’est collée l’une contre l’autre, enlacé les corps, elle m’embrassait goulument, sa langue était d’un gout divin… puis elle s’est occupée de mon sexe, doucement, c’était magique, quel plaisir, quelle retrouvaille… Au bout d’un moment on est un peu redescendues… Elle m’a proposé de me masser, elle a sorti les huiles, elle m’a massé le dos, les pieds, les jambes, les fesses, l’anus, le vagin, je fondais sous ses doigts… j’aimais ça… j’étais partie… Elle m’a refait une injection…

Quand je me suis réveillée le samedi Alenka avait fait monter un plateau repas dans la chambre. Je n’avais pas très faim, mais le jus d’orange pressé glissait dans mon gosier et me donnait à nouveau du plaisir… On est restées là, couchées toute la journée… à se rouler dans les draps, à se faire des traces de temps en temps, à boire de l’eau, manger du yoghourt, des tomates, des bananes et d’autres fruits, à écouter de la musique dans un demi-sommeil, à regarder des conneries à la télévision…

Le soir on est descendu au bar prendre un café et un verre de Pleterska Viljemovka, une eau-de-vie de poire. Là Alenka s’est mise à me parler de l’opération et m’a expliqué que les choses se précisaient. C’est pour bientôt, on ne peut pas te donner un jour, cela dépend de la donneuse. On ne te préviendra de l’opération que 24 heures avant, désolée, c’est comme ça, mais tu peux bien imaginer que dans ce genre de situation on ne préfère pas s’avancer trop vite. Mais tu vas être hospitalisée très bientôt. Tu ne rencontreras pas la donneuse, c’est le protocole, et puis la transplantation se fera de toute façon sous anesthésie générale. Tu ne sentiras rien. Mais il faut qu’on prépare ton corps à l’opération. Déjà vue ta tolérance aux opiacés et opioïdes tu vas passer à la morphine, d’abord en gélules, puis en injection éventuelle. Ne t’inquiète pas, c’est la procédure standard, et pour le bébé il faudra bien qu’on reprenne le sevrage par la suite. La posologie inclura des bêta-bloquants de dernière génération, c’est assez efficace, certains bêta-bloquants ont la propriété, comme le propranolol, de neutraliser les neurotransmetteurs responsables de la mémorisation des émotions, aussi bien de peine que de joie, et peuvent donc réduire ou effacer certaines émotions traumatiques. Et puis c’est plutôt efficace contre l’anxiété. Enfin bref, je ne vais pas trop rentrer dans les détails mais tu seras suivie pour tout ces aspects psychopharma. Tu resteras à la clinique tout le temps nécessaire.

Alors qu’on nous resservait des Pleterska je lui ai dit que j’étais tout de même inquiète, que l’anesthésie générale me faisait un peu peur, que le choc qui allait suivre au réveil aussi… Elle m’a dit, bon, tu sais bien ce que tu veux n’est-ce-pas, et puis c’est ta deuxième opération, tu as un peu d’expérience, il ne faut pas que tu t’en fasses une montagne, Marko est sur de lui, il ne le ferait pas sinon. Sois tranquille. C’est le meilleur chirurgien dans le domaine actuellement, et les prothèses qu’il a développé vont révolutionner l’obstétrique transgenre. Tu deviendras une personne unique qui aura contribué à une grande avancée médicale… Tu seras protégée par cela. Et puis ne t’inquiètes pas, toute la meilleure pharmacologie pourra t’accompagner dans ce grand moment, tu vas avoir un bébé, et c’est unique, tu dois te sentir bien pour cette grande aventure…

Nous sommes retournées à la chambre, il restait de l’héroïne, on s’est à nouveau fait plaisir… Je prenais les secondes comme elle venait, je savais qu’il fallait que j’en profite, qu’après j’allais entrer dans une autre étape de ma vie…

Needle

Publicités