Home

449_135347763309748_327539915_n

Ma deuxième puberté… Un de mes lecteurs m’a demandé de vous en parler… Dios… quelle expérience… Heureusement que Jean-Michel m’a accompagnée dans les débuts… Il m’a vraiment dépucelée… Parce qu’au début je peux vous dire que j’ai vite compris que j’étais femme. Rien qu’en devant m’asseoir dès que j’avais envie de pisser… et tous les jours ! Et puis j’étais impatiente, j’avais hâte de sentir le plaisir féminin. Il m’a vraiment guidée dans mes premiers pas de femme…

Alors vous dire que j’ai commencé à ressentir les premières excitations un mois ou deux après mon opération. Au début les sensations étaient évanescentes, je sentais surtout de l’engourdissement, et puis j’ai commencé à ressentir une sorte de « démarrage ». Jean-Michel m’avait dit que c’était du à l’engorgement des tissus érectiles, les corps de mon sexe d’homme toujours présents, même après l’opération. Cette excitation me donnait une sensation d’érection, mais très différente de quand j’étais encore homme, vu que je la sentais à l’intérieur de mon corps. Et puis j’ai senti que les nerfs de mon clitoris et de la surface de ma vulve sont devenus de plus en plus sensibles et les sensations sexuelles et sensuelles ont commencé à irradier tout mon corps, au fur et à mesure que ma région génitale cicatrisait.

J’ai commencé à avoir envie de me masturber. Je me suis mise à me frotter à mon oreiller, tranquille, seule, chez moi. Je me couchais sur le ventre, avec l’oreiller entre les jambes. Je frottais ma vulve et mon clitoris contre l’oreiller, en le pressant contre mon corps. Cela produisait une pression sur mon clitoris, mon corps vibrait. Je me caressais les seins et le corps avec les mains. Hostia c’était génial, je me stimulais mon clitoris avec l’autre main et je me laisser vibrer plus encore pour stimuler mon corps. J’ai essayé plusieurs fois, doucement, et un jour, soudain, j’ai ressenti mon premier orgasme ! C’était énorme, quel plaisir de se sentir enfin femme ! C’était vraiment comme une nouvelle puberté ! C’était très excitant, mais aussi très perturbant… Cette première fois surtout… Après j’ai vite pris l’habitude vous imaginez bien, je me suis achetée des sextoys, j’ai pris beaucoup de temps à ça, connaître mon nouveau corps…. me laisser aller à des fantasmes, pour déclencher et renforcer l’excitation et les orgasmes…

Jean-Michel m’avait dit que c’était vraiment important d’acquérir quelques expériences avec mon corps et mes réactions sexuelles avant que la perte de ma virginité ne devienne un « objectif », mais que c’était aussi une bonne chose de passer cette étape rapidement car je serai nettement plus à l’aise en sachant que « je pouvais vraiment le faire », que cela serait plus facile la fois suivante, quand cela deviendrait vraiment être important… Alors c’est avec Jean-Michel que je l’ai fait… Je me sentais si proche de lui de toute façon… Merci Jean-Michel…

Déjà il m’avait dit qu’il ne fallait pas stresser, qu’il y a une telle variété dans l’apparence des vulves parmi les femmes et que la plupart des femmes opérées ont une apparence des plus acceptables de toute manière. Qu’il fallait que je me sente à l’aise avec ça. Que de toute façon la plupart des hommes ne s’en apercevrait pas… Il m’a dit aussi qu’il ne fallait pas que j’ai des attentes disproportionnées au début. Il a été très doux… pour que je me détende… et pour que j’apprécie la relation sexuelle sans faire attention à mon apparence… Et là, le fameux premier soir, après une soirée tellement douce, après un diner à manger des huitres et à boire du blanc au Cochon Volant, on est allé chez moi, et alors après, dans la pénombre, sur mon canapé, sa douceur, sa voix, son contact chaleureux, ont commencé à me faire fondre, à m’exciter, à me faire sentir vraiment à l’aise, sensuelle, excitée par ses caresses… ses baisers… ses étreintes douces et fermes à la fois… et ma libido s’est enclenchée… l’excitation est montée… j’ai commencé à sentir que tous mes tissus sensibles me donnaient des sensations agréables… le plaisir est monté dans la zone de mon clitoris, dans l’extérieur de ma vulve… Et puis Jean-Michel m’a caressée… embrassé le sexe… puis pénétrée… doucement d’abord… je montais… je montais… je ne tenais plus… et alors il m’a prise bien profondément… c’était curieux tout de même… je n’ai pas ressenti finalement tant de choses à l’intérieur de mon vagin… il m’a rassurée… m’a dit que j’allais découvrir comment jouer avec mon corps… il m’a dit aussi qu’il voulait me faire prendre bien conscience que ça excitait aussi mes corps calleux et caverneux… ma prostate… bref… ça l’excitait ça aussi… quelle expérience…

Après je peux vous dire que les fois suivantes je n’ai eu aucune peine à sauter dans le lit, à envoyer promener mes inhibitions ! Et plus tard j’ai bien vite appris à ne pas laisser mes partenaires tout faire à leur façon… À me mettre accroupie au dessus de mon compagnon, à contrôler le rythme et l’angle de la pénétration, à frotter mon pelvis contre le sien, pour exciter mon clitoris avec son os pubien, à exercer des pressions à l’intérieur, tout près de mon clitoris, ou à me soulever pour qu’il le stimule, à le faire passer de la pénétration à la stimulation manuelle ou orale avec tendresse, puis, une fois que j’avais eu mon orgasme, à l’entourer avec mes jambes, à me laisser aller à apprécier la pénétration du dessus, à me laisser pénétrer profondément et intensément alors qu’il arrive lui-même à son propre orgasme…

Ah les excitations… quel plaisir d’être femme… tellement mieux… ne plus supprimer constamment mes excitations, comme lorsque j’étais homme… Je pouvais laisser vivre mes excitations, je pouvais les maintenir sans que les autres ne voient quoi que ce soit… laisser vivre mes fantasmes et laisser courir mon imagination et arriver à m’exciter à chaque fois que je le voulais… ne pas me censurer… Et les orgasmes… complétement différents… plus difficiles et plus longs à obtenir mais tellement plus puissants… Et puis la sensation liée à l’éjaculation était partie définitivement… je pouvais mener mes excitations à un niveau bien plus élevé… sans plus être stoppée par l’éjaculation… et à la place une décharge nerveuse intense… des spasmes dans toute la zone autour de mon sexe durant l’orgasme… comme si j’étais doucement stimulée avec de l’électricité à l’intérieur et dans doute la région… Et l’expérience variait beaucoup d’orgasme en orgasme… prenait des couleurs bien différentes… un vrai halo électrique… un truc que les hommes ne réussissent quasiment jamais à atteindre… un orgasme bien moins superficiel que celui des hommes… accompagné de décharges de sperme et c’est tout… alors que pour nous les femmes l’excitation démarre dans les organes génitaux, mais elle se répand dans tout le bas du corps… dans les muscles… et toute la peau devient beaucoup plus sensible aux caresses et au toucher… à tel point que parfois c’était trop fort quand je me masturbais… même j’avais l’impression désagréable d’avoir envie de grimper aux murs ou de me débattre violemment dans le lit… Mais alors avec un homme lorsque j’arrivais au plateau et que je sentais arriver l’orgasme… alala… un sentiment extraordinaire… avec le besoin de crier juste avant ou pendant l’orgasme… de gémir… de hurler… pour accroître l’intensité… une expérience extatique… et puis après… l’excitation qui revient si vite… l’envie de refaire l’amour tout de suite… que mon compagnon me masturbe doucement… me fasse repartir… hummm…. je suis excitée… j’ai le sexe qui se contracte…

Publicités