Home

chusmartineztrans

Joder, j’étais tellement high la nuit dernière que j’ai commencé à chercher sur Google sur la transsexualité des Dieux. Je suis bien montée avec le sujet, jusqu’à un moment délirer à imaginer que mon gosse serait mon petit moonchild

Je sais pas si vous savez qu’en général les divinités solaires sont associées aux hommes et les divinités lunaires associées aux femmes. Mais en réalité on trouve des déesses du Soleil sur chaque continent (par exemple Amaterasu dans la croyance japonaise), déesses en général associées à des divinités lunaires masculines. Parmi les plus anciennes traces de croyances humaines, les déesses des débuts du panthéon égyptien portaient un soleil au-dessus de leur tête comme un symbole de la dignité (comme les filles de Ra). Le Soleil a toujours été important dans la symbolique et les hiéroglyphes égyptiens, toutes les divinités lunaires de ce panthéon étaient les divinités masculines. Le cobra (Fils de Pharaon Ra), la lionne (fille de Rê), la vache (fille de Rê), les symboles dominants des divinités les plus anciennes d’Egypte portaient un soleil au-dessus de leurs têtes ; elles étaient de sexe féminin et leurs cultes sont restés actifs tout au long de l’histoire de cette culture. Plus tard, un dieu solaire (Aton) a été créé par la dix-huitième dynastie au-dessus des autres divinités solaires, avant que l’aberration ait été éradiquée et l’ancien panthéon rétabli. Lorsque les divinités masculines sont associées avec le Soleil dans cette culture c’est parce qu’elles sont les descendantes d’une mère (sauf Ra, Roi des Dieux qui s’est donné naissance à lui-même).

Certains spécialistes des mythologies soutiennent que les déesses du soleil sont mondialement aussi communes, voir plus communes, que leurs homologues masculins. Ils affirment également que la croyance que les divinités solaires sont principalement des hommes est liée au fait que quelques mythologies mieux connues (telles que celles de la fin de la Grèce classique et de la fin de la mythologie romaine) dérogent rarement à cette règle, mais un examen plus attentif des mythes antérieurs de ces cultures révèlent une répartition très différente de la croyance populaire contemporaine. Le dualisme soleil / mâle / lumière et lune / femelle / obscurité se retrouve dans beaucoup (mais pas toutes) de traditions du sud de l’Europe qui découlent des philosophies orphiques et gnostiques.

Dans la mythologie germanique le Soleil est de sexe féminin et la Lune est de sexe masculin. Son nom proto-germanique est Sowilo ou Saewelô. La vieille déesse du soleil de la haute Allemagne est Sunna. Dans les traditions scandinaves, la déesse Sól montait tous les jours dans le ciel sur son char tiré par deux chevaux nommés Arvak et Alsvid. Sól était également appelée Sunna et Frau Sunne, noms à partir desquels sont dérivés les mots anglais Sun et Sunday.

D’autres cultures qui ont des déesses du Soleil comprennent : Les Lituaniens et les Lettons (Saule), les Finlandais (Paivatar, Beiwe) et les peuples Hongrois connexes (Xatel-Ekwa) ainsi que les peuples slaves (Solntse). On retrouve des déesses du Soleil partout dans le monde : en Arabie (Al-Lat), Australie (Bila, Walo), Inde (Bisal-Mariamna, Bomong, Kn Sgni) et Sri Lanka (Pattini) ; chez les Hittites (Wurusemu), les Egyptiens (Sekhmet) et les Babyloniens (Shapash) ; en Amérique autochtone, chez les Cherokee (Unelanuhi), les Natchez (Wal Sil), les Inuits (Malina) et les Miwoks (Hekoolas).

Publicités